Les liens invisibles du<I>kumihimo</I>d’Edo

Les liens invisibles dukumihimod’Edo

L’élégance d’Edo de nos jours

Cette année, Ryukobo fête ses 130 ans d’existence depuis ses débuts en tant que commerce familial. Nous nous sommes entretenus avec le chef de famille et un artisan traditionnel certifié par le gouvernement métropolitain de Tokyo, Takashi Fukuda, sur ce qui rend lekumihimod’Edo (un type de ceinture tressée) si spécial. « La culture d’Edo était définie par les concepts d’Iki(élégance) et deYabo(brut). Nous, les gens d’Edo, recherchons toujours l’élégance dans notre artisanat », confie Fukuda. « La finesse de la ceinture et le nombre de glands, les motifs mis en valeur par les lignes et les rayures, les couleurs — chaque pièce doit être absolument parfaite. Ce dévouement à la perfection est l’esprit même de l’élégance d’Edo. »

Ryuta Fukuda, petit-fils du maître artisan, poursuit : « Par exemple, même lorsqu’il est fait à l’encre noire, unkumihimod’Edo vraiment élégant n’est pas complètement noir, mais comporte une teinte de gris. Il s’agit de travailler les couleurs jusqu’à ce qu’on se dise : “Ah, c’est la teinte parfaite”. »

À Ryukobo, cinq types de supports de travail spécialisés sont utilisés pour le tressage : lemaru-dai(support rond), lekaku-dai(support angulaire), l’ayadake-dai(support en bambou à motifs), letaka-dai(support haut) et lekagouchi-dai(support panier). Takashi explique : « Normalement, on n’utilise pas autant de types de supports de travail dans le métier. Cependant, ici, nous avons les compétences nécessaires pour utiliser tous les types de supports. Cela nous permet de réaliser tout le processus de fabrication en interne, du filetage et de la teinture au processus de tressage. Toute notre compétence et notre intransigeance quant à la qualité sont nécessaires pour atteindre l’élégance d’Edo. »

Takashi poursuit : « Lekumihimoest le symbole de la notion de “lien”.Ce sont des fils qui peuvent relier des objets à des personnes, ou une personne à une autre de la même manière.» À Ryukobo, les traditionnelshyoshigi(bâtons de rythme en bois) sont également reliés à leurskumihimo, et servent à encourager les participants au Marathon de Tokyo 2019. « Il existe de nombreux mots japonais écrits à l’aide de la racine “fil” (une partie d’un caractère kanji qui indique souvent sa signification) tels que raccord, liaison et lien — même lehimodukumihimocontient cette racine. Mettre en lien les gens et les objets est la raison d’être dukumihimo. C’est ce principe — créer quelque chose qui peut mettre en lien plusieurs types de personnes — que nous nous efforçons d’appliquer », affirme calmement Takashi.