Miyamoto Unosuke

Miyamoto Unosuke

Miyamoto UnosukeMiyamoto Unosuke

Afin de continuer à transmettre aux générations futures les traditions des festivals japonais

Les tambours Taiko sont frappés vigoureusement, des sanctuaires portables défilent dans les rues, et les cris et hayashi (accompagnement musical) résonnent fortement. Une telle scène festivalière est une tradition saisonnière vivante. La société Miyamoto Unosuke Co., Ltd, créée en 1861, soutient les festivals et les arts du spectacle traditionnels que les Japonais ont hérités de génération en génération. L’entreprise fabrique, vend, répare et loue de magnifiques et robustes sanctuaires portatifs et des tambours qui produisent des sons profonds, ainsi que des instruments de Noh gagaku (musique de cour traditionnelle japonaise) et des équipements rituels.

« Les festivals, qui ont le pouvoir de rassembler les gens, et les arts du spectacle traditionnels, qui sont fièrement présentés au monde, constituent la culture unique qui caractérise le Japon. À l’heure de la mondialisation, ils jouent un rôle de plus en plus important. »
C’est pourquoi le président Yoshihiko Miyamoto se dit fier de sa tâche qui consiste à protéger et à entretenir cette culture et à la transmettre aux générations futures. Les produits sont fabriqués par un groupe d’artisans qui recherchent la plus haute qualité.

Le processus de fabrication des tambours taiko commence par la recherche des meilleurs matériaux. Le bois utilisé pour fabriquer les tambours à long corps est du bois domestique âgé de plus de 100 ans. Le bois est soigneusement séché pendant trois à cinq ans pour éviter toute déformation, puis il est soigneusement fini à l’aide d’un rabot à main. Le cuir est traité selon un procédé naturel unique. En l’étirant à l’aide d’un maillet, on vérifie et on affine le son, puis on l’étire sur le corps pour produire un son profond et élégant.

La fabrication des sanctuaires portables est le fruit de pas moins de 20 types différents d’artisanat spécialisé. Outre les menuisiers qui créent le cadre de l’autel portable, les laqueurs qui appliquent la laque sur le toit et la base, les artisans chargés des ornements métalliques qui décorent les différentes parties de l’autel portable et les artisans de l’autel portable qui supervisent l’ensemble du processus travaillent à l’unisson pour créer minutieusement l’autel portable. Le signe « Shigeyoshi Miyamoto » attaché à l’autel portable achevé est considéré comme la preuve du travail minutieux de tous les artisans.

Afin de transmettre largement la culture du festival aux générations futures, l’entreprise s’est engagée activement dans de nouvelles initiatives ces dernières années. L’un de ces projets est « HIBIKUS », une école de tambours taiko, et « kaDON », un programme de leçons de tambours taiko en ligne destiné à un public international, afin de diffuser l’attrait des tambours taiko. Un autre projet né de l’engagement de l’entreprise envers le « Fabriqué à Tokyo » est « Mori wo Tsukuru Taiko (On crée des forêts avec des tambours taiko) ». Ce projet vise à sensibiliser à la fois à l’environnement et à la fabrication en demandant à des artisans de Tokyo de créer des tambours en utilisant du bois de cèdre de Tokyo, puis en faisant connaître ce processus. Une représentation en direct d’instruments traditionnels japonais utilisant ces tambours a eu lieu en mars 2021 et a été bien accueillie. La portée des festivals et de la culture des arts du spectacle traditionnels ne cesse de s’étendre.

Miyamoto UnosukeMiyamoto Unosuke
CLOSE
CLOSE