« Amour, Love, Aï » …Chérissons l’amour. Notre élément de base, et pour toujours.

« Amour, Love, Aï » …Chérissons l’amour. Notre élément de base, et pour toujours.

— Un établissement chargé d’histoire où les jeunes peuvent s’épanouir —

J’ai assisté à un discours de Yoshinori Horii, président du comité de gestion tokyoïte de l’Académie de Cuisine Japonaise, mais surtout héritier de neuvième génération du restaurant de sobas Sarashina-Horii, une institution vieille de deux siècles, établie en l’an 1 de l’ère Kansei (1789). Les mots simples, enjoués, et sans prétention qu’il a livrés, semblaient incarner les deux devises de son entreprise : « Ayez toujours le soleil au cœur !» et « Amour, Love, Aï… Chérissons l’amour. ». Ses paroles ont aussi résonné avec force auprès des jeunes.

Apparemment, il raconte toujours l’histoire suivante lorsqu’il présente l’entreprise aux étudiants : « De belles images et des mots beaux permettent d’augmenter ses performances. C’est pourquoi il faut toujours faire attention à ses paroles et garder à l’esprit des images positives. Avoir le soleil au cœur rend optimiste et permet d’aller de l’avant. »

Pour expliquer cette puissance des mots avec simplicité, il a livré une anecdote sur un recueil présentant des photos de cristaux d’eau. « Selon que le photographe crie les mots « merci » ou « idiot » lors de la prise, la beauté des cristaux change du tout au tout. Un simple coup d’œil vous suffit pour comprendre la différence. Il en va de même pour les humains. Tout le monde est capable de discerner l’amour, de la peur, ou de la jalousie. C’est pour cela que je veux être du côté de l’amour et de la gratitude. En m’écoutant, des gens pensent sans doute que je dis n’importe quoi et décident de partir (rires). Et ce n’est pas grave. Cependant, il ne faut pas oublier qu’une entreprise est formée d’individus, chacun avec son esprit propre. Pour cette raison, nous voulons que l’amour soit à la base de la nôtre. »

Chez Sarashina-Horii, les jeunes se voient progressivement attribués de nouvelles fonctions. C’est par exemple une jeune employée qui est maintenant en charge de sélectionner et commander les sakés, et Monsieur Horii ne remet presque jamais en question ses décisions. Au restaurant situé à Nihonbashi Takashimaya, le jeune directeur est en charge de développer un nouveau menu. « Si les pâtes et le bouillontsuyu(en soupe ou pour tremper), autrement dit les éléments de base des sobas, sont de qualité, il est facile d’y ajouter un nouvel ingrédient. C’est ainsi que fonctionnent les sobas selon moi. Originalité et respect des traditions peuvent cohabiter sans problème. C’est aussi un monde auquel les jeunes peuvent s’adapter facilement, raison pour laquelle je veux qu’il nous rejoigne. »