Des objets d’art nés de la rencontre de deux artisanats : le<i>beni</i>et l’orfèvrerieDes objets d’art nés de la rencontre de deux artisanats : le<i>beni</i>et l’orfèvrerie

Des objets d’art nés de la rencontre de deux artisanats : le beni et l’orfèvrerie

 Enduire ses lèvres de rougebeni, teindre des kimonos, colorer les aliments avec dubeni… Lebeni, ce pigment rouge naturel fabriqué à partir du carthame, apporte une touche de couleur au quotidien raffiné des femmes japonaises, ainsi qu’aux occasions spéciales qui marquent leur vie. Seul fabricant debeniencore en activité au Japon, la maison Isehan Honten s’engage à faire perdurer cette culture traditionnelle transmise depuis l’époque d’Edo en préservant la tradition orale des recettes de fabrication du Komachi Beni, un rouge à lèvres traditionnel à base de carthame. Dans le même temps, elle s’attèle à la tâche de diffuser ses connaissances dubenià l’échelle mondiale, notamment grâce à son musée retraçant l’histoire et la culture de ce pigment.

 L’un de ses projets, dans ce cadre, consiste à collaborer avec de jeunes artistes. Par le passé, des artisans œuvrant dans des domaines aussi divers que la porcelaine, la laque et le papier japonaiswashiont créé des contenants destinés à recevoir le Komachi Beni, venant ainsi égayer l’univers dubeni. Au printemps 2021, la cinquième artiste à participer à ce projet sera l’orfèvre Yurie Nakajima, qui dévoilera à la mi-avril une palette à lèvres constituée d’un récipient portatif, que l’on nommaitbeni-itaà l’époque d’Edo, dans un boîtier orné d’élégantes pièces d’orfèvrerie.

 Ces objets d’art, qui seront exposés et mis en vente lors d’une exposition spéciale, sont tous des exemplaires uniques. Chacun est réalisé en deux formats, carré et rectangulaire, pour un total de neuf modèles, inspirés par neuf fleurs de saison. Tous témoignent de minutieuses techniques d’artisanat traditionnel : pour la pièce ornée de fleurs de prunier, par exemple, des pièces métalliques de différentes couleurs ont été jointes pour former une seule plaque, d’où le motif floral a été extrait, avant que des pièces métalliques, toujours de différentes couleurs, ne soient insérées dans le creux ainsi formé. Même les charnières en forme de feuilles et le cerclage du miroir ont été faits à la main.

Des objets d’art nés de la rencontre de deux artisanats : le<i>beni</i>et l’orfèvrerie
Des objets d’art nés de la rencontre de deux artisanats : le<i>beni</i>et l’orfèvrerie

 Lorsque vous ouvrez le boîtier, admiratif/ve d’une telle habileté technique, c’est un rouge iridescent qui se dévoile au regard. À peine a-t-il effleuré votre peau qu’il la rehausse de sa teinte unique : un vrai tour de magie que vous offre la nature. Le rouge à lèvres Komachi Beni est fabriqué depuis l’époque d’Edo avec la même méthode valorisant le savoir-faire artisanal. Alors que les temps changent et que se développe un intérêt certain pour la durabilité des produits, ces œuvres nous adressent un message fort et important.

Exposition : « L’artisan du futur – Une orfèvrerie étincelante »
Seront exposés et mis en vente 18 boîtiers de Komachi Beni sur le thème des fleurs et plantes japonaises de saison, créés en collaboration avec l’orfèvre Yurie Nakajima.

Période : du 17 avril au 22 mai 2021
Lieu : Musée Beni
Adresse : K’s Minami-Aoyama Building (1er niveau), 6-6-20 Minami-Aoyama, Minato-ku, Tokyo.
Tél. : 03-5467-3735
Horaires : de 10 h à 17 h, dernière entrée à 16 h 30
Musée fermé les dimanches, lundis
Site Internet de l’exposition :https://www.isehanhonten.co.jp/museum/gallery/2021nakashimayurie/

* Les horaires et jours d’ouverture de l’exposition étant sujets à modification sans préavis, veuillez vous renseigner auprès du Musée avant votre visite.

Photos:©Ryoichi Toyama